RAPPORT MORAL ET D'ORIENTATIONS 2006




L'assistance écoute avec attention la lecture
L'assistance écoute avec attention la lecture

UNIQUE !


Nous y voici ! 2006, l'année de la célébration des 60 ans de notre Maison est là.

Si les premières Maisons des Jeunes et de la Culture sont nées en 1945, sous la  « République des Jeunes », fondée par André PHILIP ; celle de Lézignan-Corbières voit le jour officiellement en 1946.  A ce jour, elle peut s'enorgueillir d'être la seule en France à avoir poursuivi ses activités sans interruption depuis lors !

Cette longévité, exemplaire dans la vie de l'Education Populaire en France, nous la devons aux dix Présidentes et Présidents, aux trois Directeurs, aux 150 administrateurs qui, avec passion, ingéniosité et courage, se sont succédés afin de faire vivre ce précieux héritage et le transmettre intact aux jeunes générations.

C'est aussi et surtout l'œuvre de la cinquantaine de salariés, des 200 responsables des clubs d'activités, et des centaines de bénévoles ou des milliers d'adhérents qui, dans l'ombre, se sont remplacés depuis six décennies.

Dans ces murs, des milliers de Lézignanais de tous âges, toutes générations confondues, ont vibré, brillé, appris, se sont ouverts au monde, aux autres et à la société.

Ces soixante années sont jalonnées de bons et joyeux moments, d'instants rares, mais aussi de doute et de découragements, parfois hélas de peines et de désarroi.

Ces soixante années sont jalonnées de bons et joyeux moments, d'instants rares, mais aussi de doute et de découragements, parfois hélas de peines et de désarroi.

Toujours, grâce à la bonne volonté de chacun, aux efforts de tous, ignorantes des modes, forte de ses valeurs de partage et de convivialité, la MJC a repris le dessus. Chaque fois, l'équité et la persévérance, le sentiment d'agir pour l'intérêt général ont permis de dépasser les clivages et les découragements, d'aller de l'avant !

Ce rapport moral 2006 est l'occasion de retracer quelques temps forts de notre, de votre, grande histoire associative.


LES PIONNIERS


Il est des naissances dues au hasard. Notre Maison des Jeunes et de la Culture en est la preuve la plus généreuse et la plus marquante. En 1944 et 1945, déjà, Messieurs ESPIRAC et Henri PARIS avaient lancé l'idée d'un espace comme celui-ci.

L'après-guerre est favorable à la vie associative. Automobile, télévision, individualisme et repli sur soi ne règnent pas encore en maître.

De tous points de vues, Lézignan, petite ville de 7 000 habitants, pouvait donner naissance à une « Mé-J ».

Un local fut trouvé : une remise louée pour le franc symbolique (de l'époque) à la Municipalité. Cette remise, c'est la salle dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui.

Le 1er avril 1946 on fait appel à Jo TEULON, employé de banque originaire de Montpellier, qui prend la direction de la Maison sur un poste financé par le Commissariat de la Jeunesse et par la Ville. Il serait fastidieux de conter ici les péripéties et la somme des efforts prodigués par les premiers adhérents et le Directeur. Les « Conseils de Maison » , les « Conseil d'Administration » se succèdent. Bientôt, la simple remise fait place à un bel établissement grâce aux travaux entrepris par les bénévoles. Les cent seize adhérents de 1946  sont quatre cent en 1955.



« L’UNION FAIT LA FORCE »


Forte de l'adhésion de nombreuses associations éparpillées dans la Ville, la Maison des Jeunes devient un lieu fédérateur d'activités et de projets. Durant les premières années, les activités sont limitées : solfège, bibliothèque, espéranto, exposition de peinture, conférences, ping-pong, ski, rugby et basket. L'action internationale, l'ouverture au monde sont déjà une priorité par la mise en place du « CENTRE INTERNATIONAL » qui attire, jeunes gens de tous pays. 

Ces activités suffisent à se rendre compte de l'importance prise par le « 25, de la rue des Vosges ».

Dans le département, entre 1946 et 1955, notre Maison est à l'avant-garde de la création des « Maisons des Jeunes » avant même Narbonne, Carcassonne et Castelnaudary.

Classée, à cette époque, dix-neuvième sur soixante maisons ouvertes en France, principalement dans les grandes villes, proportionnellement au nombre d'habitants, elle est sans doute la première au plan national. 

Après dix années de fonctionnement, elle est définitivement ancrée dans le quotidien lézignanais et la vie de la cité, déjà incontournable. Pour les générations qui se succèdent, il importe d'en assurer une gestion pérenne.  

Pour fêter les 10 ans ; le Congrès National des Maison des Jeunes est organisé dans nos murs.

Les 200 délégués venus des quatre coins de notre pays sont présents dans cette salle sous la présidence d'André PHILIP, docteur en droit et agrégé.

Universitaire, économiste, écrivain, remarquable orateur et éducateur, André PHILIP est un résistant de la première heure. Il deviendra ensuite, ministre de Charles De Gaulle, et de Présidents du Conseil successifs de la IVe République : Félix Gouin, Léon Blum et Paul Ramadier.

Européen convaincu, ardent défenseur du tiers monde, toute son action est suscitée et guidée par un ensemble de valeurs acquises dès son adolescence.

Ces valeurs deviennent celles des Maisons des Jeunes, diffusées à travers la République des Jeunes. 

André Philip a présidé la Fédération Française des MJC jusqu'en 1968. 

Pour la première fois donc, l'Assemblée Nationale ne se déroule pas dans une grande Ville française, à la grande fierté de Jacques OURADOU, premier magistrat lézignanais, qui fut très honoré de recevoir André PHILIP en l'Hôtel de Ville.



LES ANNEES YCHÉ : LE DEVELOPPEMENT


Ce jour-là, Jean YCHÉ, nouvel arrivant à Lézignan, passe devant la MJ et voit démarrer des autobus. Quelques mois après, il est informé de l'évènement et apprend ainsi l'existence de la Maison des Jeunes. Il s'y présente avec l'envie de lancer une activité philatélique pour les jeunes. Il rencontre le Directeur. Cette rencontre va bouleverser l'histoire de notre association. Le tandem TEULON-YCHE, resté dans bon nombre de mémoires, sera le fer de lance de la Maison pendant plus de vingt ans.

Jo TEULON a amené Jean YCHÉ à s'impliquer de plus en plus dans la Maison. Ainsi, s'est-il rapidement retrouvé membre du Conseil d'Administration, secrétaire puis Président, un an plus tard. L'implication de Jean YCHÉ ne s'arrêtera pas là. Il occupe d'éminentes fonctions : Président de la Fédération Départementale des MJC puis de la Fédération Régionale et dès 1964, membre du Conseil d'Administration National. En 1968, lors de la scission interne à la fédération nationale, la Maison des Jeunes de Lézignan, quittera la Fédération Française pour la régionalisation et rejoint l'UNIREG dont le Président lézignanais YCHÉ devient secrétaire national. 

En 1970, après une Assemblée Générale Extraordinaire, de nouveaux statuts sont adoptés. La "Maison des Jeunes" s'appellera désormais "Maison des Jeunes et de la Culture" (MJC). 

En 1975, à la veille des 30 ans de la MJC un nouveau bâtiment fonctionnel, est inauguré. Ce nouveau bâtiment de deux étages est, doté d'une cuisine centrale, de nouvelles chambres, de salles de réunion et de bureaux afin de répondre au nombre croissant d'activité et à la mise en place de nouveaux services. Cet outil formidable permet surtout de développer l'activité du Centre International de Séjour avec, en plus la confection de repas pour les cantines ou les personnes âgés ainsi que pour l'hébergement. La MJC remplit une fonction sociale et de solidarité vitale, que nul autre organisme ne peut alors remplir à sa place. 
 
Ce nouveau bâtiment concrétise la reconnaissance et la valeur de l'action menée par la MJC. Soucieux de leur indépendance respective, Ville et MJC décident d'élaborer ensemble une convention. Un comité de gestion bipartite est chargé de l'application de la convention :

 La Municipalité conserve à sa charge des travaux qui incombent à tout propriétaire. La MJC s'acquittera des frais de fonctionnement (loyer, chauffage, éclairage, personnel, poste de direction, fonctionnement des services et activités).

En contrepartie, la Ville vote une subvention annuelle de fonctionnement bien plus conséquente afin de faire face au budget plus important que ne le serait celui d'une simple association, au vu de la mission sociale dévolue à la structure. Cette convention rempli pleinement ses objectifs jusqu'au milieu des années 80.

En 1984, Monique BLANQUER, directrice-adjointe depuis 1972, succède à Joseph TEULON au poste de directeur, admis à faire valoir ses droits à une juste et méritée retraite. Quand « Jo » quitte la MJC, la quatrième génération d'adhérents fréquente la Maison. Chaque membre de toutes les familles lézignanaises ont eu, ont ou auront à un moment de leur existence une expérience de vie au sein de la MJC.

De fait, depuis lors, la MJC de Lézignan est une institution, au même titre que l'Ecole.

L'Histoire de notre Ville, de notre département, de l'Education Populaire dans ce pays confère à notre MJC une place exceptionnelle et inégalée dans le patrimoine associatif local et national. 

Monique BLANQUER, qui deviendra entre temps Monique MARCELLIN, apporte un dynamisme renouvelé à la Maison. Elle poursuit et amplifie les actions de son prédécesseur en y apportant sa touche personnelle, un sens de l'accueil reconnu et célébré par tous.

De nouvelles activités et animations voient le jour, d'autres cessent, souvent victimes de leur succès, notamment le « camp international de vendange » qui prit une ampleur ingérable la dernière année. La Directrice joue un rôle majeur dans l'action internationale de la MJC en maintenant les sessions « Connaissance de la France » depuis 1962, mais surtout en développant le jumelage avec Lauterbach à travers de nombreux et fructueux échanges financés par l'Office Franco Allemand pour la Jeunesse. 




LA M.J.C. N’ÉCHAPPE PAS A LA CRISE

 
Les charges financières étant de plus en plus importantes, de nouvelles difficultés financières se font jour. Par manque de moyens financiers, le poste d'animateur - seul relais entre la MJC et le public jeune - doit être supprimé. Les locaux souffrent alors considérablement de ce manque de moyens. Désormais obsolète, le matériel ne peut plus être renouvelé. La MJC est la première victime d'une société en crise et en profonde mutation sociale : crise du bénévolat, chômage, départ des jeunes adolescents vers les grands centres, émancipation des clubs sportifs ou de structures privées …. 

En 1996, en dépit de toutes ces difficultés, la Maison des Jeunes et de la Culture est la première Maison des Jeunes et de la Culture de France à fêter son cinquantenaire en présence de représentants nationaux, de tous les anciens administrateurs et de ses adhérents.

En 1997, face à l'aggravation de la situation financière, le Conseil d'Administration entreprend une restructuration du personnel.

Pour la première fois de son histoire, l'association est contrainte de procéder à des licenciements. La dette que la MJC a contracté auprès de la Ville (constituée de charges incompressibles : loyer, factures énergétiques) dépasse désormais les 400.000 Francs.

En septembre 1998, la perception impose à la Maison un échéancier de remboursement. La restructuration de 1997 permet à l'association de sortir d'une situation extrêmement difficile, qui mettait en péril la pérennité de l'association. En 1999, les finances redeviennent excédentaires grâce à une gestion rigoureuse des dépenses. Le dispositif " Nouveaux Emplois ", mis en place par l'Etat, permet de créer le poste d'animateur tant désiré.

En 1998, la MJC compte 1000 adhérents, contre à peine 800, l'année précédente. 


LE RENOUVEAU


En octobre 1999, durant les inondations qui frappent l'Aude, la Maison des Jeunes et de la Culture de Lézignan joue un rôle vital, en particulier à travers le Centre International de Séjour. Secouristes, services postaux, sinistrés trouvent abri et secours. Le personnel, les bénévoles sont sur le qui-vive, fidèles à leur idéal associatif, aux valeurs de solidarité qui fondèrent les MJC.

L'année suivante, Pierre Tournier, Maire de la Ville, décide d'apurer le solde de la dette restant à rembourser à la Ville soit 300.000 Francs. En 2001, une nouvelle convention de partenariat est instaurée avec la Ville. Le loyer dû à la Municipalité est supprimé. La Mairie prendra également à sa charge l'électricité et le chauffage. 

En avril, la MJC révise ses statuts pour la deuxième fois depuis 1946. 

L'association fête ses cinquante-cinq printemps. 

Les cuisines ne sont plus aux normes européennes pour la préparation des repas sociaux en liaison froide. L'installation est fermée et la MJC peut se recentrer sur sa fonction première : l'animation culturelle et la jeunesse.

Un Espace Multimédia voit le jour, avec la création d'un poste permanent d'animateur. 

Juin 2002, autre tournant dans l'Histoire de l'association : Monique MARCELLIN, directrice depuis  presque vingt ans, fait valoir ses droits à la retraite. Julien SANS, animateur puis directeur-adjoint depuis 1998 devient le 3ème directeur de la MJC de Lézignan-Corbières en soixante ans d'existence !

Résolu et enthousiaste, secondé par une équipe de permanents renouvelée, il fixe de nouveaux objectifs de développement, autour des nouvelles technologies, des projets internationaux et des jeunes. Il impulse la réfection du bar et des salles d'activités. A terme, il entend faire renaître le « foyer jeune », en recentrant l'action de la MJC autour de ses véritables missions. La tâche est ardue, mais elle n'en est que plus passionnante. La jeunesse, celle de la Ville mais aussi des Corbières et du Minervois, est depuis toujours garante de l'avenir de l'association.

Les nouveaux dispositifs de contractualisation (Le Contrat Educatif Local avec l'Etat ou le Contrat Temps Libre avec la CAF) profitent à la Ville. L'équipe municipale met en place une véritable politique enfance jeunesse. La MJC sera inscrite par la Municipalité comme partenaire numéro un dans ces dispositifs et va s'y impliquer fortement. 

LE NOUVEAU PROJET ASSOCIATIF SE MET EN PLACE


Aujourd'hui, les dispositifs de contractualisation assurent une partie de la pérennité de notre association. cela permet d'obtenir le financement du fonctionnement de nouvelles actions, tandis que se développent les activités et se multiplie le nombre d'adhérents.

En effet, la nouvelle donne démographique et sociale contribue au renouveau de l'association. L'isolement de nombre de personnes seules en demande d'activité ou de socialisation, l'arrivée de nouvelles familles sur le territoire, la multiplication du nombre de « jeunes » retraités ou la mise en place d'activités pour les adolescents, ajoutés à la réputation incontestée d'accueil et de qualité des services proposés par la MJC dopent le nombre d'adhérents.

Enfin, une politique volontariste de communication et d'information systématique en direction de tous les publics et en fonction de leur spécificité est mise en place par le Directeur, les administrateurs et Claire VALETTE, qui fête ses 10 ans de Présidence, record de longévité depuis Jean YCHE. Les résultats sont au rendez-vous. 

En 2003, la MJC parfait sa réforme statutaire en se dotant d'un nouveau règlement intérieur. 

Un nouveau partenariat avec le Collège Joseph Anglade se met en place et notre Maison accueille l'atelier relais des collèges de Lézignan, Capendu et Rieux-Minervois. 

En 2004, la Commission de Sécurité impose d'importants travaux de remise en conformité. Le bâtiment trentenaire n'a subi que peu de travaux ou d'aménagements depuis sa construction.  Ces travaux impératifs pour améliorer la sécurité ont été engagés par la Ville début 2005 pour un montant de 80 000 €. 

En complément, la MJC a décidé de recourir à un emprunt d'un montant de 30.000 € pour améliorer l'accueil des résidents du CIS. En effet, l'hébergement et le « tourisme social » sont et seront dans un proche avenir une source financière importante qu'il faut puiser afin d'équilibrer nos comptes.  Le Centre International de Séjour, unique centre d'accueil collectif sur les Corbières et le Minervois s'inscrit dans la valorisation de notre patrimoine touristique et environnemental proche. 

A la rentrée 2005, de nouveaux services se sont mis en place : l'accueil de la cantine scolaire du Lycée Agricole Privé (les repas sont confectionnés par une société privée) et l'installation du centre de formation de la FRMJC dans nos locaux. 

Le foyer tant attendu ouvre ses portes avec l'embauche de Mohamed EL HACHIMI en Contrat d'Accompagnement à l'Emploi avec une aide de 90% de l'Etat pendant un an. 

A ce jour, la Maison des Jeunes et de la Culture de Lézignan-Corbières compte près de 1 500 adhérents répartis dans près de 45 clubs d'activités.

Cette diversité d'enseignements est complétée par une programmation culturelle accessible et de qualité. Outre les animations désormais incontournables (festivités du vin primeur, téléthon, « printemps des poètes », marché de Noël, Vide-Grenier, Multi-Exposition  …) les animateurs des activités culturelles mettent en place des soirées valorisant une culture internationale. Ainsi près de 250 personnes ont célébré l'Orient en décembre dernier.  


L’AVENIR S’INSCRIT AUJOURD’HUI :


Le projet associatif est plus que jamais marqué - comme le veut la tradition de l'association - vers la jeunesse, les échanges internationaux, la solidarité et la Culture.

A l'heure où, pour tout et chacun, l'âge de la retraite sonne, notre MJC est plus que jamais incontournable dans la vie locale et va encore amplifier son action : 

- La création d'un Centre de Loisirs basé à la MJC pour développer les activités du public adolescent est plus que jamais d'actualité (déjà un CLSH dont la gestion a été confiée à la Fédération Régionale Léo Lagrange existe sur la Ville. La « Lauseta » s'adresse aux 6-12 ans, notre projet « L'Occijeune » sera donc complémentaire) ; 

- La création par le biais du Centre International de Séjour, d'un Centre de Vacances, qui accueillera des jeunes de toute la France ; 

- Le développement du Service Volontaire Européen (SVE) avec l'envoi de jeunes audois découvrir une association d'Europe ; 

- Le rapprochement des MJC de la région Lézignanaise, formalisé dans les semaines à venir à travers la mise en place d'un comité de pilotage intercommunal et la demande de rencontre avec le Président de la Communauté des Communes en vue de l'obtention d'une aide au fonctionnement des structures. 

-  Le renforcement de l'action sociale grâce à la mise en place de l'action « Vacances Familiales ». La MJC va signer dans les jours qui suivent une convention avec la Caisse d'Allocations Familiales de l'Aude. 

Nous souhaitons nous impliquer davantage dans la vie locale et celle du Pays Corbières Minervois, outre notre présence dans la totalité des comités de pilotage et conseils d'administrations, nous comptons être force de proposition dans le cadre des débats que la Municipalité va tenir pour mettre en place son Plan Local d'Urbanisme. 

L'espace multimédia va proposer de nouvelles actions de formations et d'initiations en partenariat avec le service formation de la FRMJC. 

Nous allons continuer à travailler sur l'étude de l'agrandissement de notre structure. Nous devons anticiper la forte augmentation du nombre d'adhérents et d'usagers qui va de pair avec l'explosion démographique de la Ville et la construction prochaine du Lycée Ernest Ferroul. 

Même si nous sommes obligés de trouver des ressources d'autofinancement, la MJC n'est pas un simple lieu de consommation. C'est un endroit de débat et d'expression, une association à laquelle vous pouvez apporter votre pierre, à travers l'Assemblée Générale ou son émanation élue, le Conseil d'Administration. Voilà sans doute ce qui fait la longévité et la particularité de notre Maison, espace de liberté et de citoyenneté.

Plus que jamais, nous comptons sur vous. Pour qu'ensemble, cette fête populaire du 60e anniversaire soit plus belle, et pour que notre Maison, votre Maison, soit plus que jamais incontournable et dynamique. 

Nous tenons à remercier enfin publiquement nos partenaires : Direction Départementale Jeunesse et Sport, CAF de l'Aude pour leur engagement et la confiance qu'ils nous accordent sur la foi de notre bilan, et bien sûr la Ville de Lézignan-Corbières, qui nous considère comme un véritable « service public ».

Nous n'oublierons pas de remercier notre réseau auquel nous sommes viscéralement attaché : la Fédération Régionale des MJC du Languedoc-Roussillon. Elle nous a choisi pour être le théâtre de son Assemblée Générale, le 8 avril, jour de la célébration de nos 60 ans.  Merci aussi à la Fédération Départementale des MJC de l'Aude qui se redynamise. 



FIDELES A NOUS MÊME ...


Notre action quotidienne, fidèle aux principes énoncés dans la déclaration de la Confédération des MJC de France, renforce l'apprentissage de la citoyenneté, du civisme, de la tolérance et la responsabilisation des individus quelles que soient les origines, les opinions, les croyances de chacun : missions premières de notre association. 

S'inspirant de l'exemple des aînés, des valeurs humanistes et de démocratie qui sont les fondements de notre association, la MJC de Lézignan-Corbières compte, plus que jamais, sur les jeunes, les seniors, l'entraide et le dialogue intergénérationnel pour imaginer et mettre en place au quotidien la vie associative de demain. 

Une vie associative ancrée dans la réalité, une réalité plus dure que voilà soixante ans, plus exigeante aussi, mais qui renforce plus que jamais la raison d'être de notre Maison : donner à chacun des valeurs et des repères essentiels dans son parcours personnel, professionnel, individuel ou collectif. 

La MJC est plus que jamais le ferment des émotions culturelles, artistiques, sportives, un endroit où l'on créée, où l'on se dépasse, où l'on échange ou l'on partage ou l'on vient chercher du sens dans un engagement social ou une activité. 

Plus que jamais, la riche histoire de notre Maison continue à s'écrire. Nous continuons à y puiser une inspiration pour l'avenir. Et de nouvelles perspectives se dessinent… Il appartient à chacun d'entre nous : usagers, adhérents, partenaires, salariés, bénévoles, … de faire durer et grandir encore notre association. Car, comme toujours, l'essentiel réside en chacun d'entre nous et dans notre association. 

Heureux anniversaire à la Maison des Jeunes et de la Culture de Lézignan-Corbières ! 

Rédigé le Samedi 11 Février 2006 à 17:38 | Lu 905 fois |